Retour
Bientôt les vacances... Si vous avez envie de voyager autrement, le tourisme solidaire est fait pour vous. Rencontre de populations locales, aide au développement, respect de l'environnement sont les maîtres mots de ces voyages qui se veulent éthiques, responsables et utiles. 20170704_Voyages-solidaires_1

Voyages solidaires : éthiques, responsables et utiles

Bientôt les vacances... Si vous avez envie de voyager autrement, le tourisme solidaire est fait pour vous. Rencontre de populations locales, aide au développement, respect de l'environnement sont les maîtres mots de ces voyages qui se veulent éthiques, responsables et utiles.

Comment voyager solidaire ?

Autrefois réservées aux aventuriers, les vacances solidaires s'adressent désormais à tous, même en famille et quel que soit l'âge des voyageurs. Les touristes apportent leur aide dans les pays en développement en s'engageant pendant au minimum deux semaines. Certains organismes comme « Double Sens » prévoient des destinations adaptées à tous et même à la famille (par exemple, Madagascar : une semaine de mission socio-éducative et une semaine d'excursions).
La majorité des touristes partent pour des missions d'aide au développement. Éducation, santé des populations, construction de puits, protection de la faune, restauration de monuments...
La majorité des touristes partent pour des missions d'aide au développement. Éducation, santé des populations, construction de puits, protection de la faune, restauration de monuments... Il y en a pour tous les goûts. Une partie du voyage est consacrée aux excursions, comme les touristes « normaux ». D'autres optent pour un tourisme en immersion : pas de projet solidaire mais la découverte d'un pays, de sa culture et de ses populations dans un esprit d'échange et de respect. L'attention est portée sur les prestataires de service (pas d'hôtel mais séjour chez l'habitant) afin que les retombées économiques soient locales.
 
20170704_Voyages-solidaires_2

Les précautions à prendre pour voyager solidaire

Mais attention, faire du tourisme solidaire ne veut pas dire voyager gratuitement : le prix est sensiblement le même que pour un voyage « traditionnel ». La difficulté est aussi de trouver des organismes fiables proposant des voyages réellement bénéfiques sur le plan local. L'intérêt des occidentaux pour ces voyages a favorisé le développement de programmes d'aide qui profitent d'une main d'œuvre gratuite mais qui peuvent localement induire des effets pervers. Des associations comme l'ATES (Association pour le Tourisme Équitable et Solidaire) ou l'ATR (Agir pour un Tourisme Responsable) tentent de rendre le secteur plus lisible en labellisant les voyagistes. Les volontaires doivent se renseigner, choisir des professionnels impliqués, lire les témoignages d'autres voyageurs pour se faire leur propre idée et, une fois sur place, signaler les situations abusives. Faire un voyage solidaire nécessite du voyageur qu'il s'investisse en s'informant sur sa destination, les populations et les modes de vie.
Un comportement responsable et respectueux est la clé pour un voyage rempli de rencontres et d'échanges.
Une fois arrivé, il doit faire attention à son comportement : demander avant de prendre une photo, réduire sa consommation en eau, éviter l'achat d'objets religieux ou issus d'espèces protégées pour éviter vol et braconnage. Un comportement responsable et respectueux est la clé pour un voyage rempli de rencontres et d'échanges.
 
20170704_Voyages-solidaires_3

Textes : Nathalie Strauch / Photos : Double sens - iStock

20170704_Voyages-solidaires_4

20170704_Voyages-solidaires_6

20170704_Voyages-solidaires_5