Retour
La mastectomie s'impose souvent en cas de cancer du sein. Grâce à la chirurgie reconstructrice, les femmes retrouvent un sein de substitution. Certaines d'entre elles, pour améliorer l'aspect esthétique et se réapproprier leur corps, ont recours au tatouage : du tatouage médical pour recréer une aréole, au tatouage artistique pour camoufler les cicatrices. 20170926_FM_Tatouage-sein_1
Nathalie Kaïd

Le tatouage pour camoufler les effets d'un cancer du sein : une aide pour les personnes handicapées

La mastectomie s'impose souvent en cas de cancer du sein. Grâce à la chirurgie reconstructrice, les femmes retrouvent un sein de substitution. Certaines d'entre elles, pour améliorer l'aspect esthétique et se réapproprier leur corps, ont recours au tatouage : du tatouage médical pour recréer une aréole, au tatouage artistique pour camoufler les cicatrices.

Le tatouage médical ou dermopigmentation

Cette technique fonctionne suivant le même principe que le maquillage semi permanent pratiqué en institut. On injecte dans l'épiderme à l'aide d'un dermographe des pigments minéraux pour camoufler des irrégularités de la peau ou redessiner des détails anatomiques. Le tatouage médical peut ainsi être la dernière étape d'une reconstruction mammaire après un cancer du sein, pour dessiner le mamelon et l'aréole manquants sur le sein reconstruit. Plusieurs séances sont nécessaires pour obtenir le résultat le plus naturel possible ; de même, pour éviter des différences de couleur, il faut généralement tatouer les 2 seins. La dermopigmentation peut être pratiquée par des personnels médicaux spécialement formés mais aussi en salon de tatouage traditionnel. Certains d'entre eux effectuent de plus en plus d'interventions post-cancer. En salon, il ne peut y avoir d'anesthésie locale (uniquement de la crème anesthésiante), alors que le tatouage sur les cicatrices est plus douloureux. Le tatouage médical peut être pris en charge sous conditions par l'Assurance Maladie s'il intervient suite à une affection de longue durée comme le cancer du sein.
 
20170926_FM_Tatouage-sein_2
© Nathalie Kaïd

Le tatouage artistique

Ce type de tatouage est de plus en plus utilisé pour camoufler des cicatrices. Ainsi, certaines femmes ayant subi une mastectomie optent pour un tatouage décoratif venant sublimer le sein manquant. C'est pour elles un moyen de se réapproprier leur corps, fortement modifié par la maladie. Contrairement au tatouage médical, le tatouage décoratif ne vise pas à se faire oublier mais à être vu comme objet esthétique, pour transformer le regard sur la cicatrice et sur la maladie. Ces femmes qui ont opté pour un tatouage décoratif témoignent
Le tatouage est vécu comme un outil thérapeutique, pour tourner la page de la maladie.
de son importance pour leur estime de soi : leur poitrine n'est plus seulement le marqueur du cancer, dévastée par l'ablation, mais un moyen de retrouver un corps esthétique que l'on peut regarder avec plaisir. Le tatouage est vécu comme un outil thérapeutique, pour tourner la page de la maladie. Pour être réussi, le tatouage doit être le fruit d'une collaboration entre la femme et le tatoueur. Celui-ci doit prendre en compte les différences de peau (pigmentation, épaisseur, solidité,...) entre peau saine et peau cicatrisée, en outre plus sensible. Il doit donc conseiller la cliente par rapport à la faisabilité du dessin choisi qui doit s'adapter à la cicatrice (les encres, par exemple n'ont pas le même rendu sur une peau abîmée). Enfin, si tous les motifs sont possibles, le tatoueur doit aussi vérifier la capacité de sa cliente à l'assumer. Les tatoueurs témoignent que, sur la poitrine, les femmes optent en général pour des dessins légers, des arabesques ou des motifs floraux.

Textes : Nathalie Strauch / Photos : Nathalie Kaïd

20170926_FM_Tatouage-sein_3
© Nathalie Kaïd

 

20170926_FM_Tatouage-sein_4
© Nathalie Kaïd