Retour
La civilisation pharaonique égyptienne apparaît vers -3000 avant Jésus Christ. Sous l’Ancien Empire (-2700 à -2200), sont érigées les pyramides de Guizeh, témoins d’une civilisation avancée et érudite. La médecine l’est aussi : renommée dans le monde méditerranéen, elle a laissé la trace de Peseshet, la plus ancienne femme-médecin connue.
20180321_Peseshet-1

Peseshet, la plus ancienne femme-médecin connue

La civilisation pharaonique égyptienne apparaît vers -3000 avant Jésus Christ. Sous l’Ancien Empire (-2700 à -2200), sont érigées les pyramides de Guizeh, témoins d’une civilisation avancée et érudite. La médecine l’est aussi : renommée dans le monde méditerranéen, elle a laissé la trace de Peseshet, la plus ancienne femme-médecin connue.

Une médecine réputée

Grâce aux papyrus médicaux découverts par les archéologues et aux témoignages, notamment des auteurs grecs, on sait que la médecine égyptienne était très avancée, justifiant ainsi sa renommée. Imhotep, architecte de la pyramide à degrés de Djoser et du complexe de Saqqarah, est considéré comme le fondateur de la médecine sous la 3ème dynastie. Vers -2700, apparaissent des manuels de chirurgie, d’anatomie, abordant également l’examen, le diagnostic et le traitement en lien avec une importante pharmacopée. Le système de soins est spécifique ; les médecins appartiennent à la classe des prêtres, les lieux de soins et les écoles de médecine faisant partie des temples. La médecine est un service public dont les pratiques sont contrôlées.

20180321_Peseshet-2

Peseshet : une femme-médecin avec un statut professionnel élevé

C’est dans ce contexte qu’en 1930, l’égyptologue Selim Hassan découvre dans une tombe près des pyramides de Guizeh, une stèle datant de la 4ème dynastie (- 2700). Il traduit la stèle : elle mentionne Peseshet, « superviseuse des docteurs ». L’importance de la tombe et de la stèle démontrent que Peseshet avait un rôle important dans la société de son époque. Elle est aujourd’hui connue comme la plus ancienne femme-médecin de l’histoire : aucune autre civilisation antique ne mentionne de femme médecin. Ce titre de « superviseuse des médecins » atteste que Peseshet dirigeait un corps professionnel médical, vraisemblablement composé de femmes-médecins, qui s’occupaient probablement des femmes de la cour et de la famille de Pharaon. Peseshet était aussi « directrice des prêtresses » (témoignage du lien médecine / temple) ; elle devait avoir un rôle important à l’école de médecine et en particulier auprès des sagesfemmes. Elle était également en charge des funérailles des hauts dignitaires. La stèle de Peseshet montre, outre le rôle particulier tenu par cette femme-médecin, que les femmes pouvaient, sous l’Ancien Empire égyptien, avoir un statut social et professionnel majeur dans une société moins inégalitaire qu’on aurait pu le penser.

Texte : Nathalie STRAUCH / Photos : Shutterstock

Les Égyptiens avaient dans le domaine de la médecine davantage de compétence qu’en tout autre art. Homère - Odyssée

20180321_Peseshet-3