Retour
Cette BD de la collection Sociorama (ed Casterman) a été dessinée par Marion Mousse d’après le travail sociologique d’Emmanuelle Zolesio. On découvre la réalité du travail et de la place des femmes chirurgiens dans un monde essentiellement masculin, ainsi que le sexisme auquel elles doivent faire face.
20180531_Marion-Mousse_1

La BD « sous la blouse », une plongée dans l’univers des femmes chirurgiens

Cette BD de la collection Sociorama (ed Casterman) a été dessinée par Marion Mousse d’après le travail sociologique d’Emmanuelle Zolesio. On découvre la réalité du travail et de la place des femmes chirurgiens dans un monde essentiellement masculin, ainsi que le sexisme auquel elles doivent faire face.

La collection Sociorama : la mise en image de travaux sociologiques de terrain

Les BD de la collection Sociorama proposent de découvrir les résultats de travaux sociologiques dans des « fictions ancrées dans les réalités du terrain ». On entre ainsi dans un univers social : la construction (BD « chantier interdit au public »), les supermarchés (BD « encaisser ! ») ou le monde hospitalier (BD « sous la blouse »). Cet album s’inspire des travaux d’Emmanuelle Zolesio : « Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes » (2012). Il éclaire certains chiffres sur les femmes en médecine : 60% des étudiants en PACES sont des femmes ; elles ne sont que 1% à être chefs de service hospitalier. À l’hôpital, plus on s’élève dans la hiérarchie et moins il y a de femmes. Nous pénétrons dans l’univers social qu’est l’hôpital et plus particulièrement celui des chirurgiens, pour comprendre son fonctionnement et les normes particulières qui y sont à l’œuvre : postes donnés en priorité aux hommes, ambiance machiste et blagues sexistes, mise en avant des qualités « masculines », y compris chez les femmes, forcées de s’adapter.

20180531_Marion-Mousse_2

BD « sous la blouse » : l’histoire croisée de 2 femmes en milieu hospitalier

Julie, étudiante en médecine, arrive en stage à l’hôpital en même temps que Pierre. Les 2 étudiants ne sont pas traités de la même manière : Julie est ramenée à son genre féminin, notamment lorsqu’il s’agit de réfléchir à son avenir en chirurgie digestive. Les hommes entretiennent avec elle des relations basées sur la séduction quand ils poussent Pierre à s’affirmer. L’autre héroïne s’appelle Florence ; chirurgienne, elle travaille très dur pour obtenir un poste plus important pour lequel elle est en concurrence avec un homme. Malgré sa réputation, elle se heurte à des inégalités de jugement et de considération et doit faire face à des stéréotypes de genre dans un milieu machiste. On découvre dans cette BD que les femmes à l’hôpital doivent travailler plus pour arriver et sont confrontées à un univers sexiste. Ces nombreux obstacles expliquent en partie qu’elles évitent certaines spécialités. Dans « Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes », Emmanuelle Zolesio proposait d’appréhender « d’une part, l’aversion des femmes pour une spécialité socialement construite comme dominante […] et masculine, et, d’autre part, la perméabilité endogène de cette spécialité aux femmes »

20180531_Marion-Mousse_3

Texte : Nathalie STRAUCH / Photos : Shutterstock

60% des étudiants en PACES sont des femmes ; elles ne sont que 1% à être chefs de service hospitalier.