Retour
La phytothérapie est à l'origine de toute médecine. Quels que soient les continents, les peuples, les religions, les hommes ont appris à utiliser les plantes pour se soigner. De nombreuses traditions médicales encore actives (médecine chinoise, ayurvéda, chamanisme...) soignent essentiellement à l'aide de plantes.
phytotherapie_visuel1

La Phytothérapie

La phytothérapie est à l'origine de toute médecine. Quels que soient les continents, les peuples, les religions, les hommes ont appris à utiliser les plantes pour se soigner. De nombreuses traditions médicales encore actives (médecine chinoise, ayurvéda, chamanisme...) soignent essentiellement à l'aide de plantes. Sans aller à l'autre bout du monde, il n'est que de se rappeler les tisanes de nos grands mères pour comprendre combien les plantes sont importantes au maintien de notre santé. Ces dernières années, les médecines naturelles ont connu une vague sans précédent. Beaucoup de thérapeutes surfent dessus et voudraient nous faire croire que phytothérapie et médecine occidentale n'ont rien en commun. Pourtant il suffit d'ouvrir le Vidal pour comprendre que notre médecine allopathique est aussi, avant tout, phytothérapeutique...

Pourquoi un tel engouement ?

Dans un contexte de green washing généralisé nombreux sont ceux qui essayent de nous vendre nos traditions comme des nouveautés... Mais attention, l'usage des plantes n'est pas anodin, bien au contraire, et cela la médecine allopathique le sait bien. Les traditions qui utilisent quotidiennement les plantes à l'état naturel savent qu'elles peuvent être aussi toxiques que bénéfiques. Encore une fois tout est affaire de mesure, quelle que soit la médecine. Trop souvent le marketing a pris la place de l'avis médical et nombreux sont les patients qui pratiquent l'automédication avec des plantes dont l'usage nécessite connaissances et expérience. Partout nous sommes assaillis par les gélules de plantes qui nous promettent monts et merveilles. Du bétacarotène pour bronzer, du millepertuis pour oublier ses problèmes, de l'ail pour réguler l'hypertension, de l 'ananas comme anti inflammatoire...les produits sont légions mais l'efficacité pas toujours au rendez-vous... Nous voulons du naturel, faire table rase, revenir à l'état de nature sans en mesurer les conséquences, sans en accepter les sacrifices, sauf pour notre portefeuille...

phytotherapie_visuel2

Une longue tradition qui a fait ses preuves...

La plupart des mammifères ont naturellement recours aux plantes pour se soigner. Il n'est que d'observer nos chats et nos chiens se purger pour comprendre qu'ils ont eux aussi leur tradition médicale. On a même pu observer des usages très complexes chez les primates : en Tanzanie les singes soignent la diarrhée en consommant de la Vernonia amygdalia, une plante très amère qu'ils délaissent d'ordinaire. Les guérisseurs locaux l'utilisent également et la science en a récemment démontré l'efficacité sur la gastroentérite. Des études ont établi que certaines espèces de singe utilisent pour se soigner plus de 150 plantes. Même les insectes savent repousser les bactéries à l'aide de résine de conifère...

Entre nature et culture, la phytothérapie s'est sans doute rapidement imposée comme un moyen efficace pour répondre à de nombreux maux.

Tout au long de l'évolution il nous a fallu trouver des remèdes pour échapper à la maladie et à la mort. Toutes les espèces ont mis au point des stratégies. Entre nature et culture, la phytothérapie s'est sans doute rapidement imposée comme un moyen efficace pour répondre à de nombreux maux. Il est d'ailleurs intéressant de remarquer que beaucoup des plantes utilisées avec succès par la plupart des traditions sont des plantes dépuratives. Comme si le rôle de la plante était surtout d'orienter le corps vers l'autoguérison. A l'heure actuelle nombreux sont les laboratoires pharmaceutiques qui tentent de découvrir de nouvelles molécules en marchant dans les pas des grands singes ou des guérisseurs amazoniens.

phytotherapie_visuel3

...mais peu de spécialistes formés.

On ne revient pas à l'état de nature d'un claquement de doigt. On ne change pas de culture et de tradition comme l'on change de chaussures. Heureusement la plupart des produits vendus en pharmacie ou en boutique diététiques sont sans conséquences pour la santé. Attention tout de même aux interactions avec les traitements classiques.

Ce qui est bénéfique peut rapidement devenir toxique si l'on n'en connaît pas les usages.

Elles ne sont ni rares ni sans conséquence. Certaines plantes annihilent ou potentialisent les effets des traitements. Un avis médical est toujours nécessaire. La phytothérapie n'est pas une spécialité reconnue en France. Les médecins qui la pratiquent ont donc suivi une formation spécifique dispensée en dehors de l'Université. D'autres pays comme l'Allemagne, font de la phytothérapie une partie intégrante de la formation médicale. Seul un médecin sera apte à choisir les bonnes associations de plantes, à mesurer les risques d'interactions, à savoir sous quelle forme prescrire les plantes (tisanes, gélules, teintures mères...).

La phytothérapie a pour but de rétablir de façon non invasive l'équilibre dans le corps.

En phytothérapie tout compte : la dose, la forme, la façon de consommer la plante. Ce qui est bénéfique peut rapidement devenir toxique si l'on n'en connaît pas les usages. La phytothérapie a pour but de rétablir de façon non invasive l'équilibre dans le corps. Une consultation chez un spécialiste est souvent un premier pas vers un changement d'hygiène de vie. Pour les chamanes amazoniens la plante a un esprit et c'est de sa rencontre avec celui du patient que naîtra la guérison. Un médecin généraliste qui pratique la phytothérapie soignera un peu de la même façon. En cherchant à établir une consonance entre le terrain du patient et la plante choisie il vise à rétablir l'harmonie dans le corps et l'esprit.

Texte : Laëtitia Colonna / Photos : iStock

Quels que soient les continents, les peuples, les religions, les hommes ont appris à utiliser les plantes pour se soigner.
phytotherapie_visuel4