Retour
Nous pensons tous que nos souvenirs sont fiables mais rien n'est moins juste. Ils ne témoignent jamais parfaitement de la réalité, évoluent avec le temps et peuvent même être le fruit de l'imagination. Des expériences ont d'ailleurs montré qu'on peut implanter de faux souvenirs. Peut-on donc faire si peu confiance à sa mémoire ?
20180118_SE-SOUVENIR_1

Se souvenir, c'est se tromper

Nous pensons tous que nos souvenirs sont fiables mais rien n'est moins juste. Ils ne témoignent jamais parfaitement de la réalité, évoluent avec le temps et peuvent même être le fruit de l'imagination. Des expériences ont d'ailleurs montré qu'on peut implanter de faux souvenirs. Peut-on donc faire si peu confiance à sa mémoire ?

Des souvenirs toujours différents de la réalité

Rien à voir avec le stockage informatique : notre mémoire n'est pas aussi fiable qu'on pourrait le penser, mais au contraire influençable et modifiable. Ainsi, nos souvenirs les plus anciens sont modelés par le temps qui passe, la manière dont nous revivons le passé, notre imagination ou les récits familiaux que nous avons entendus. Et les souvenirs les plus marquants correspondent à des moments où l'on a été fragilisé ou déboussolé. La joie par exemple marque peu notre mémoire.  Avec ses failles, celle-ci participe pourtant de notre identité et témoigne de la vérité profonde de chaque individu.

20180118_SE-SOUVENIR_2

Induire de faux souvenirs est possible

Depuis 1974, la chercheuse américaine Elizabeth Loftus se passionne pour la mémoire. Elle a démontré qu'on peut modifier a postériori des souvenirs. Une de ses expériences a consisté à montrer à des visiteurs d'un parc Disneyland un photomontage de l'univers Disney intégrant Bugs Bunny (de la Warner Bros). Elle leur a demandé ensuite de citer les personnages rencontrés dans le parc. Bugs Bunny a été mentionné alors que c'est impossible. Pour Elisabeth Loftus, il existe 2 grands types de stratagèmes pour modifier les souvenirs : la « désinformation » (donner après coup des informations fausses sur un événement) et la « suggestion » (orienter la pensée dans la direction souhaitée). 

20180118_SE-SOUVENIR_3

© Stefano Fabbri

La mémoire peut être manipulée

La chercheuse américaine pense que tout souvenir combinerait perception d'un événement et information récoltée autour de cet événement. Peu à peu, les 2 éléments se mêlent et, plus le temps passe, moins on peut les dissocier. La mémoire ne serait donc pas figée mais en évolution constante, ce qui explique les « trahisons » de notre cerveau. Aujourd'hui, les neurobiologistes testent des méthodes pour créer ou effacer des souvenirs. C'est une perspective encourageante pour des pathologies comme Alzheimer, mais qui amène à s'interroger sur l'avenir de la mémoire.

Texte : Nathalie STRAUCH / Photos : Shutterstock - Stefano Fabbri

Notre mémoire n'est pas aussi fiable qu'on pourrait le penser, mais au contraire influençable et modifiable

« Quand vous changez un souvenir, cela vous change » Elizabeth Loftus.

« Les souvenirs ne sont pas la somme de ce qu'une personne a fait, mais bien plus la somme de ce qu'elle a pensé, de ce qu'on lui a dit, et de ce qu'elle croit ». Elizabeth Loftus.

« Quand je vous regarde, mon cerveau ne vous photographie pas, mais construit à partir des contours de votre visage une image de vous, qui sera différente de celle construite par une autre personne. » Erik Kandel, prix Nobel de médecine

« La mémoire est une reconstruction d'une reconstruction, qui change en permanence. Pour chaque souvenir, il y a une chance de distorsion. » Erik Kandel.