Retour
Pendant longtemps, le miel, comme les autres produits de la ruche, a été utilisé comme médicament. La tradition s'est perdue jusqu'à ce qu'un professeur du CHU de Limoges redécouvre les vertus thérapeutiques du miel et en particulier ses effets cicatrisants
20170704_Apithérapie_1

L'apithérapie, une pratique ancestrale redécouverte récemment

Pendant longtemps, le miel, comme les autres produits de la ruche, a été utilisé comme médicament. La tradition s'est perdue jusqu'à ce qu'un professeur du CHU de Limoges redécouvre les vertus thérapeutiques du miel et en particulier ses effets cicatrisants

 

L'apithérapie est une pratique très ancienne ; on utilisait déjà les produits de la ruche pour soigner pendant l'antiquité égyptienne. En 400 avant JC, Hippocrate conseillait l'utilisation du miel dans le traitement des plaies. La tradition s'est ensuite perdue avec l'apparition des médicaments modernes. Il faut attendre 1984 pour que le professeur Descottes relance l'apithérapie au CHU de Limoges. Alors responsable du service de chirurgie digestive, il décide d'utiliser du miel dans des pansements posés sur des plaies qui ne cicatrisent pas.
Cette méthode naturelle, en plus de son efficacité, présente un avantage non négligeable : son faible coût.
Cet usage est à l'époque considéré comme une excentricité, mais les études cliniques menées à compter de 1990 ont prouvé que la cicatrisation des plaies cavitaires avec perte de substance est plus rapide avec un pansement au miel. Bien que ce pionnier de l'apithérapie hospitalière soit décédé en 2009, le miel est toujours couramment utilisé à Limoges. Cette méthode naturelle, en plus de son efficacité, présente un avantage non négligeable : son faible coût.

Pourquoi le miel est-il aussi efficace ?

Une telle efficacité dans la cicatrisation des plaies est due aux vertus antiseptiques, antibactériennes et anti-inflammatoires du miel. Les études menées par les équipes du professeur Descottes montrent que plusieurs mécanismes se cumulent. Tout d'abord, les pansements au miel aident l'oedème à diminuer et ils évitent la prolifération des germes. Ils permettent aussi une meilleure vascularisation grâce à la libération de peroxyde d'hydrogène. Avantage non négligeable : le retrait des pansements se fait sans douleur. Les tests ont aussi montré que c'est le miel de thym ou de lavande qui est le plus efficace pour la cicatrisation des plaies. Le CHU de Limoges se fournit pour partie chez un apiculteur de l'Hérault. Une fois réceptionné, le miel est vérifié, identifié et contrôlé (au niveau bactériologique et fongique) puis reconditionné en petits contenants à utiliser dans les 6 mois.
 
20170704_Apithérapie_2

Une pratique qui se diffuse

Au CHU de Limoges, c'est encore le service de chirurgie digestive de feu le professeur Descottes qui est le plus gros utilisateur (30% du miel de l'hôpital). Mais les services d'orthopédie, traumatologie, gynécologie ou réanimation lui ont emboité le pas ; 45 kg de miel ont ainsi été utilisés en 3 ans. D'autres établissements de santé dont notamment l'hôpital Pompidou à Paris ont suivi cet exemple. L'utilisation du miel pour la cicatrisation a cependant ses limites, en particulier pour des plaies chroniques. Enfin, la pose de pansements au miel reste un soin qui ne doit être effectué que par un praticien de santé.
 
20170704_Apithérapie_3

Textes : Nathalie Strauch / Photos : CHU Limoges - iStock

« Un jour, une jeune fille est venue me consulter pour une plaie relevant d'une appendicectomie qui ne cicatrisait pas. Je me suis lancé : j'ai demandé à mes infirmières d'appliquer du miel. Elles m'ont regardé en pensant que le patron pétait les plombs mais, trois jours plus tard, la plaie était refermée. Depuis, j'ai traité plus de trois mille malades avec succès. » Professeur Bernard Descottes

 

20170704_Apithérapie_4