Retour
Actuellement, a lieu dans 41 établissements de santé en France, une expérimentation sur 3 ans visant à tester les hôtels hospitaliers. L’objectif est double : diminuer les frais de nuitées hospitalières en évitant une hospitalisation non justifiée médicalement et améliorer le parcours de soins des patients éloignés de l’hôpital.
20180502_Hotel-Hospitalier-1

Les hôtels hospitaliers : pour quels patients et dans quelles conditions ?

Actuellement, a lieu dans 41 établissements de santé en France, une expérimentation sur 3 ans visant à tester les hôtels hospitaliers. L’objectif est double : diminuer les frais de nuitées hospitalières en évitant une hospitalisation non justifiée médicalement et améliorer le parcours de soins des patients éloignés de l’hôpital.

Qui peut bénéficier d’un séjour en hôtel hospitalier ?

L’hôtel hospitalier a vocation à recevoir des patients dont la situation personnelle justifie qu’ils soient hébergés à proximité de l’établissement de santé. C’est le cas si le domicile est distant de 50 km ou une heure de transport. Il faut aussi tenir compte des conditions extérieures (météo, transport en commun), de l’âge et de l’état de santé du patient, qui peut demander la présence d’un accompagnant notamment pour faciliter son retour chez lui. Mais, pour bénéficier de l’hôtel hospitalier, le patient ne doit pas souffrir de troubles moteurs ou cognitifs nécessitant une surveillance ou une installation médicale technique lourde. Les dispositifs légers (béquilles, oxygène portatif,…) n’entrent pas en ligne de compte. Sont aussi exclus les porteurs d’agents pathogènes ayant un risque de transmission. Enfin, le patient ne doit pas avoir besoin d’une surveillance médicale en lien avec son hospitalisation, l’hôtel hospitalier étant non médicalisé. Les séjours sont prévus pour être courts mais aucun maximum n’est fixé.

20180502_Hotel-Hospitalier-2

Un séjour prévu dans le parcours de soins du patient

C’est l’équipe médicale qui propose le séjour en hôtel hospitalier et doit recueillir le consentement du patient, notamment sur le fait que le séjour est temporaire et non médicalisé. Éant prescrit par un médecin en lien avec une hospitalisation, il est pris en charge. Le patient ne doit régler que le montant du forfait hospitalier, qui peut être remboursé par la complémentaire santé. On peut passer la nuit en hôtel hospitalier en amont comme en aval d’une hospitalisation. Dans ce cas, les protocoles prévus pour le retour au domicile s’appliquent à l’identique (prise de médicaments, accompagnement éventuel, capacité à contacter les services d’urgence). Les patients qui seront orientés en HAD ou EHPAD ne peuvent bénéficier de l’hôtel hospitalier. Le séjour en hôtel hospitalier peut aussi être envisagé pour des soins itératifs et éviter ainsi au patient la fatigue liée aux déplacements hôpital/domicile.

Texte : Nathalie STRAUCH / Photos : Shutterstock

C’est l’équipe médicale qui propose le séjour en hôtel hospitalier et doit recueillir le consentement du patient, notamment sur le fait que le séjour est temporaire et non médicalisé.