Retour
Anglaise de naissance, c’est aux USA où elle a émigré enfant qu’Elizabeth Blackwell devient la 1ère femme médecin, après avoir lutté pour s’imposer dans un monde d’hommes. Cette pionnière passera sa vie entre ces 2 pays, s’engageant pour permettre aux femmes l’accès à la médecine.
elizabeth-blackwell_banner

Elizabeth Blackwell, première femme médecin aux USA

Anglaise de naissance, c’est aux USA où elle a émigré enfant qu’Elizabeth Blackwell devient la 1ère femme médecin, après avoir lutté pour s’imposer dans un monde d’hommes. Cette pionnière passera sa vie entre ces 2 pays, s’engageant pour permettre aux femmes l’accès à la médecine.

Une volonté de fer pour devenir médecin dans un monde hostile

Elizabeth Blackwell naît en 1821 en Angleterre et reçoit la même éducation que ses frères. Sa famille embarque pour New York en 1832. Les affaires de son père périclitent et il meurt en 1838, laissant sa famille dans le besoin. Mais il a eu le temps de lui faire partager ses idées anti-esclavagistes, pour lesquelles elle s’engagera constamment. Pour vivre, Elizabeth et sa mère créent une école de jeunes filles. Elle songe à devenir médecin quand une amie malade lui avoue qu’elle aurait préféré être soignée par une femme. Elle continue à travailler pour réunir les fonds nécessaires au paiement des études. En 1845, elle loge chez un révérend, ancien médecin qui lui prête ses livres médicaux pour qu’elle étudie seule.

En 1847, elle demande à être admise dans des facultés de médecine, qui refusent toutes sauf une, croyant à un canular. Étudiante, elle se heurte à l’hostilité d’une société patriarcale. Ses difficultés l’aident à réfléchir sur les droits des femmes. En 1849, elle est 1ère de sa classe et devient la 1ère femme à obtenir un diplôme de médecine aux USA. C’est aussi l’année de sa naturalisation.

blackwell-FM

Un parcours professionnel tourné vers les femmes

Elle tente de travailler dans les hôpitaux mais ils refusent tous sa collaboration. Elle crée donc son propre dispensaire, puis s’associe avec sa sœur, elle aussi médecin et une autre femme médecin pour fonder en 1857 le New York Infirmary for Indigent Women and Children. En 1858, elle travaille un an en Angleterre où elle devient la 1ère femme médecin inscrite au General Medical Council.  Rentrée aux USA, Elizabeth Blackwell forme des infirmières pour soigner les blessés de la guerre de sécession de 1861. Elle crée en 1868 le Women’s Medical College pour former des femmes médecins.

Elle en abandonne la gestion à sa sœur médecin et repart en Angleterre ouvrir en 1869 avec Florence Nightingale, pionnière des soins infirmiers, une autre école de médecine réservée aux femmes, la London School of Medicine for Women. Elle y enseignera la gynécologie jusqu’en 1907, à 86 ans. En 1871, elle participe à la création de la National Health Society. 

Elle continue à s’intéresser aux luttes féministes et donne des conférences sur le sujet ; en même temps, elle écrit, notamment un guide d’éducation sexuelle (The Moral Education of the Young) puis son autobiographie (Pioneer Work in Opening the Medical Profession to Women). Elle décède en 1910.  

En 1847, elle demande à être admise dans des facultés de médecine, qui refusent toutes sauf une, croyant à un canular.

En 1849, elle est 1ère de sa classe et devient la 1ère femme à obtenir un diplôme de médecine aux USA.

Texte : Nathalie STRAUCH