Retour
L’olfactothérapie est une thérapie psycho-émotionnelle basée sur l’odorat, le seul des 5 sens en liaison directe avec le cerveau archaïque. L’objectif est, au travers d’odeurs, de conduire le patient à revivre des souvenirs et des émotions sans passer par la mentalisation et accroître ainsi la connaissance qu’il a de lui-même.
201809_Olfactotherapie_1

L’olfactothérapie ou comment faire naître des émotions en lien avec nos souvenirs ?

L’olfactothérapie est une thérapie psycho-émotionnelle basée sur l’odorat, le seul des 5 sens en liaison directe avec le cerveau archaïque. L’objectif est, au travers d’odeurs, de conduire le patient à revivre des souvenirs et des émotions sans passer par la mentalisation et accroître ainsi la connaissance qu’il a de lui-même. 

La mémoire olfactive, en lien avec les souvenirs

L’odorat est un sens important car c’est le seul en contact direct avec le système limbique, où sont enfouies la mémoire et les émotions. En respirant une odeur familière, on ne se remémore pas seulement l’odeur en question, mais on revit de manière très intime et personnelle un souvenir ou une émotion. L’odeur joue le rôle de révélateur ; elle réactive le passé, tel qu’il a été vécu, sans filtre. L’olfactothérapie utilise cette passerelle odeur/mémoire, à l’œuvre dans la fameuse « Madeleine de Proust ». La façon dont on perçoit une odeur est donc très personnelle, en lien direct avec son vécu ; en sentant l’odeur, on plonge dans le passé, avec le sentiment de revivre réellement le moment, comme dans une scénographie mobilisant tous les sens. L’odeur permet au patient d’ouvrir la porte à son inconscient pour mieux appréhender son histoire personnelle. 

L’olfactothérapie utilise cette passerelle odeur/mémoire, à l’œuvre dans la fameuse « Madeleine de Proust »

201809_Olfactotherapie_2

Une technique utilisée dans les hôpitaux

Le service de neurologie de l’hôpital de Garches a été un des premiers à utiliser l’olfactothérapie en rééducation pour les victimes de traumatisme crânien ou d’AVC. On leur propose de sentir « en aveugle » des odeurs pour ramener à la surface souvenirs d’enfance et émotions et contourner ainsi les troubles de la mémoire liés à leur pathologie. Les odeurs proposées couvrent un spectre varié : odeurs alimentaires, odeurs végétales (fleurs, bois, gazon tondu,…), odeurs de l’enfance (trousse, savon,…), etc.

Texte : Nathalie STRAUCH / Photos : ShutterStock

L’hôpital de la Pitié-Salpêtrière utilise l’olfactothérapie dans les services de neurologie, lors d’ateliers mémoire mais aussi pour calmer les troubles anxieux ou faciliter la parole. L’intérêt de l’olfactothérapie dans la réactivation de la mémoire conduit aussi les unités de gériatrie à s’intéresser à cette technique. Quant à l’institut Gustave-Roussy, il utilise l’olfactothérapie pour aider les patients à se détendre ou rééduquer les sens de l’odorat et du goût altérés chez les patients en chimiothérapie (avec les odeurs alimentaires).