Retour
Les pays développés traitent habituellement les brûlures au second degré avec des techniques onéreuses comme les membranes amniotiques humaines. Des techniques que le Brésil, pays émergent, n’a pas les moyens de mettre en œuvre, en particulier en période de restriction budgétaire. Certains hôpitaux ont alors décidé de tester un traitement à base de peau de poisson tilapia.
781023367-tilapia

Au Brésil, on teste la peau du poisson tilapia pour le traitement des brûlures

Les pays développés traitent habituellement les brûlures au second degré avec des techniques onéreuses comme les membranes amniotiques humaines. Des techniques que le Brésil, pays émergent, n’a pas les moyens de mettre en œuvre, en particulier en période de restriction budgétaire. Certains hôpitaux ont alors décidé de tester un traitement à base de peau de poisson tilapia.

Une alternative au traitement classique des brûlures du second degré

C’est au service des grands brûlés de l’hôpital de Fortaleza dans le nord du pays qu’a été testé ce traitement peu orthodoxe : utiliser la peau des poissons tilapia pour les brûlures. Cette méthode est intéressante à plusieurs titres : tout d’abord, le Brésil est un gros consommateur de tilapias, dont la peau est ordinairement jetée. On valorise ainsi ce qui était considéré comme un déchet pour proposer un traitement peu onéreux, facile à mettre en place et écologiquement vertueux.

A Fortaleza, une cinquantaine de personnes ont participé à un essai clinique ; leurs brûlures au second degré ont été recouvertes avec la peau du tilapia, ce qui n’avait jamais été testé auparavant. Aucun des participants n’ayant fait de complications, les tests seront ensuite poursuivis sur un plus grand nombre de patients.

781023368-tilapia

Les atouts de la peau de tilapia

Elle est tout d’abord très riche en collagène de type 1 et 3, indispensable à la réparation de tissus abimés. Elle est aussi beaucoup plus résistante que la peau humaine et présente un haut degré d’humidité. Enfin, elle est résistante à certaines bactéries. Plus besoin, pour maintenir les brûlures propres, de changer quotidiennement les bandages ni de faire un traitement antibactérien journalier ; grâce à son humidité et au collagène qu’elle contient, la peau de poisson reste plus longtemps en place, épargnant au patient de nombreuses douleurs liées au nettoyage de la plaie. Car la peau de tilapia, très flexible, adhère à la brûlure, la protégeant des contaminations et de la sécheresse. Ce pansement d’un nouveau genre facilite la cicatrisation et les patients, qui témoignent de son effet apaisant, ont moins recours aux antalgiques. Dernier avantage : la mise en œuvre des pansements est simple. Les peaux sont stérilisées et irradiées pour éviter les virus ; elles sont ensuite débitées en bandes et maintenues dans des stockages réfrigérés en attendant d’être utilisées.

"Nous avons découvert que la peau de tilapia agit significativement mieux [...] en apaisant et traitant les plaies sévères causées par les brûlures" précise le Dr Edmar Maciel, chirurgien plastique à l’institut José Frota de Fortaleza. "Cette technique alternative offre également le bénéfice de réduire le traumatisme et la douleur des patients parce que leur pansement n'a pas besoin d'être changé quotidiennement".  Maria Ines Candido da Silva souffrait de brûlures de second degré aux bras, cou et visage. Elle témoigne : "Quand les médecins ont suggéré de mettre de la peau de poisson sur mes blessures j'ai trouvé l'idée très étrange. Mais j'ai sauté sur l'occasion parce qu'ils ont dit que ce serait bien moins douloureux que le traitement normal et plus facile à gérer".

La peau du poisson est d'ordinaire jetée, donc nous convertissons la matière en quelque chose d'utile à la société.

Au début, la peau de poisson était très froide mais après quelques minutes, je ne ressentais plus aucune douleur, c'était agréable et confortable.

Texte : Nathalie STRAUCH / Photos : Shutterstock

 

781023369-tilapia 1-2